Les prévisions du FMI pour la Grèce

On sait qu'il ne faut pas trop prêter attention aux prévisions du FMI.

Une des raisons en est que, dans les modèles utilisés par cette institution, les marchés guident toujours l'économie vers un équilibre optimal, pour peu que les Etats ne commencent pas à les tourmenter avec des règlementations diverses, sur le travail par exemple..

Par conséquent, la mise en place de politiques d'ajustement structurel, qui visent à désengager l'Etat de l'économie et se débarrasser de nombreuses règlementations économiques, est supposé avoir des effets très positifs sur la croissance pour le FMI.

Mais, en réalité, ces politiques ont la plupart du temps des effets désastreux. D'où des prévisions du FMI qui dépassent bien souvent allègrement la réalité constatée lorsque des pays mettent en place ce type de politique.

Aussi, les prévisions qu'a présenté récemment le FMI pour l'économie grecque font froid dans le dos, tant elles sont mauvaises et doivent pourtant, pour les raisons évoquées ci-dessus, être considérées comme optimistes.

Ces prévisions sont les plus frappantes pour l'emploi. Le FMI estime ainsi que le taux de chômage grec demeurera au-delà 18% jusqu'en 2022, puis diminuera lentement pour attendre 12% en.. 2040 ! Et on a presque envie de rire lorsque les imbéciles si chèrement payés pour pondre ces rapports nous disent que le taux de chômage grec retrouvera son niveau de 6% d'avant crise en.. 2060, dans.. 44 ans !

Deux conclusions à tout cela :

- La Grèce parait vraiment mal barrée, même si elle continue à tout faire pour complaire aux exigences du FMI et de l'Europe, et même si l'on se fie aux statistiques du FMI.

- Ces rapports, écrits par des gens qui sont incapables de prédire correctement ce qu'il va se passer dans un an, mais qui osent faire des prévisions pour 2060, constituent vraiment une insulte à l'intelligence et au bon sens.

Retour à l'accueil