Le risque systémique et le pont du Millenium

Comme son nom l’indique, le risque systémique est le risque que l’ensemble d’un système s’effondre.

On dit ainsi par exemple qu’en 2008 les marchés financiers ont connu une crise systémique car, avant d’être sauvés par les Etats et les Banques Centrales, ils étaient sur le point de tous complètement s’effondrer.

Il est très compliqué d’appréhender un risque systémique puisqu’il s’explique largement par les interactions entre les différents acteurs qui composent votre système.

Il ne suffit donc pas d’étudier le risque individuel de chaque élément composant un système pour avoir une idée du risque global du système, même si c’est malheureusement ainsi que raisonnent le plus souvent nos instances de régulation bancaires et financières.

Un exemple célèbre pour illustrer ce point et celui du pont du Millenium à Londres. Cette passerelle construite en 2010 dut être temporairement fermée 3 jours après son inauguration à cause d’interactions entre le pont et les piétons qui n’avaient pas correctement été prises en compte par les ingénieurs.

Grosso modo, les ingénieurs avaient fait les calculs suivants :

Pont + Vent = Pont qui bouge un peu mais rien de méchant

Pont + Piétons qui marchent dessus = Pont qui bouge un peu mais rien de méchant

Pont + Vent + Piétons qui marchent dessus = Pont qui bouge un peu mais rien de méchant

Or, ils se sont aperçus après quelques jours d’utilisation que le pont bougeait beaucoup plus que prévu. Que s’est-il passé ?

Il s'est passé que les piétons marchant sur le pont adaptaient leur position en fonction des petites oscillations du pont créée par le vent, ce qui au final accentuait ses oscillations.

En effet, quand le pont commençait à osciller un peu vers la droite, les piétons compensait ce mouvement en s’appuyant un peu plus sur leur jambe gauche, et inversement, imprimant un mouvement de balancier à la passerelle.

Involontairement, les piétons accentuaient donc les oscillations du pont en cherchant justement à s’en protéger, ce qui l'a rendait au final beaucoup moins stable que prévu.

Pour bien évaluer la stabilité d’un système, il est donc nécessaire de ne pas seulement considérer la stabilité intrinsèque des différentes parties du système, mais la manière dont elles interagissent !

Retour à l'accueil